Décembre 2019, une performance mitigée pour l'hôtellerie

Publié le 11 Février 2020

Pour le dernier mois de 2019, les hôteliers s'attendaient à des résultats en progression. Illusion avec le mouvement de grève de décembre qui est venu impacter la fréquentation des hôtels, surtout parisiens.

La Palisse n’aurait pas dit mieux :  les performances hôtelières de décembre ont été en-deçà des attentes : la croissance de 2,5 % du chiffre d’affaires hébergement (RevPAR) est décevante. En données cumulées à fin décembre, la fréquentation des hôtels est restée stable par rapport à 2018, avec un taux d’occupation moyen de 66 %, et un prix moyen en légère hausse.

À Paris, la fréquentation en hausse dans les catégories supérieures est à nuancer par rapport aux faibles performances de 2018. Les hôteliers ont subi d’importantes annulations dues aux grèves, tant des étrangers que de la clientèle d’affaires. En données cumulées à fin décembre, la capitale affiche une légère baisse de son RevPAR par rapport à 2018.

Les segments milieu de gamme et économique sont les plus impactés (-2,5 % et - 5,4 % de CA), tandis que les segments supérieurs progressent légèrement (+ 5,3 % du RevPAR pour le haut de gamme). En données cumulées sur 2019, le TO à Paris a reculé de 2,5 % dans toutes les catégories hôtelières. Dans le reste de l’Île-de-France, l’hôtellerie milieu de gamme a vu son TO baisser de 6 % en décembre, mais son CA hébergement moyen a progressé de 3,1 %, sous l’effet d’une hausse du prix moyen.

Bien que la grève soit d’ampleur nationale, Paris est la seule ville à avoir été quasiment paralysée en décembre.

Le reste des régions a moins souffert. En effet, si la croissance aurait pu être plus importante, les TO et le prix moyen des hôtels en région sont en hausse, avec un RevPAR qui augmente de près de 3 % en décembre. Seule la catégorie haut de gamme et luxe, très dépendante de la clientèle internationale, a vu sa fréquentation reculer de 2 %, ce qui est normal par rapport à Paris. En données cumulées 2019, la tendance est sur une progression de 3 % du CA hébergement.

Les régions (hors Côte d’Azur) affichent un CA en hausse de près de 3 %, sous l’effet conjugué de la légère hausse du TO (+ 1 %) et des prix moyens (+ 1,7 %), surtout pour les catégories supérieures.

En général si décembre est calme pour la Côte d’Azur, le RevPAR a progressé de plus de 6 %, principalement par la croissance du prix moyen. L’hôtellerie niçoise s’en est très bien sortie pour les catégories haut de gamme, luxe et milieu de gamme. Les données cumulées sur 2019  reflètent les évolutions observées sur décembre. Nice voit son  CA en hausse de plus de 12 % en décembre et de plus de 8 % sur l’année.

Données mensuelles décembre

 

TO

RMC

RevPAR

2019

Var./n-1

2019

Var./n-1

2019

Var./n-1

Luxe et haut de gamme

54 %

1 %

200 €

3 %

108 €

3,5 %

Milieu de gamme

54 %

1 %

107 €

2 %

58 €

3 %

Économique

51 %

- 1 %

62 %

1 %

32 €

0,5 %

Super économique

55 %

2 %

48 %

2 %

26 €

4 %

RevPAR= revenu moyen par chambre disponible

TO = taux d’occupation

RMC = recette moyenne par chambre louée

source: Inextenso

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :